Les expositions

2018

22 septembre – 15 décembre 2018
Exposition collective des finalistes du Luxembourg Art Prize 2018
Vernissage samedi 22 septembre 2018, de 18h à 21h.
Cérémonie d’annonce du lauréat 2018 vers 20h.

Artistes exposés :

  • Tsuyu Bridwell – France, Japon – Dessin & Techniques mixtes
  • Lúcia Costa – Brésil – Peinture
  • Alexis Couzino – Canada – Performance
  • Anna Herrgott – Allemagne – Photographie & Techniques mixtes
  • Shawn Huckins – USA – Peinture
  • Hanna Margetson-Rushmore – USA, Royaume-Uni – Dessin
  • Noah James Saunders – USA – Sculpture
  • Eugenio Schirone – Italie – Photographie
  • Ritu Sinha – Inde – Dessin
  • Ludovic Thiriez – Hongrie, France – Peinture
  • Géraldine Tobe – Congo (Kinshasa) – Techniques mixtes
  • Wen Meng-Yu (温孟瑜) – Taïwan – Peinture

La presse en parle :

Vernissage de l’exposition des artistes finalistes du Luxembourg Art Prize 2018

22 Septembre 2018 – Quatrième cérémonie du Luxembourg Art Prize en présence de S.E.M. l’Ambassadeur de France au Grand-Duché de Luxembourg Bruno Perdu, de S.E.M. l’Ambassadeur des Etats-Unis au Grand-Duché de Luxembourg J. Randolph Evans, des artistes finalistes, des artistes participants, des membres du jury et de tous les amoureux de l’art qui nous ont fait l’honneur de leur présence. Merci à vous tous !

Ludovic Thiriez (France), lauréat du Luxembourg Art Prize 2018
La Pinacothèque lui offre une bourse d’un montant de 25.000€

Ludovic Thiriez – The boy from the neighborhood, 2018 – 140 x 170 cm – Acrylique, encre, huile sur toile de lin

La 4ème cérémonie du Luxembourg Art Prize, prix international récompensant l’artiste émergent de l’année, s’est tenue à la Pinacothèque le samedi 22 septembre 2018, en présence de Monsieur l’ambassadeur de France au Luxembourg, Bruno Perdu, et de Monsieur l’ambassadeur des Etats-Unis au Luxembourg, Randy Evans. Cette année, près de 850 personnes sont venus découvrir les œuvres des 12 artistes finalistes venant des quatre coins du monde : Allemagne, Angleterre, Brésil, Canada, Congo, Etats-Unis, France, Hongrie, Italie, Japon, Inde, Taïwan. C’est Ludovic Thiriez, artiste français de 34 ans vivant à Budapest (Hongrie) qui a remporté la préférence du jury. Il remporte la bourse de 25.000€ offerte par la Pinacothèque.

La principale thématique de son travail au cours des cinq dernières années a été l’enfance. Il explore cette période de la vie, ses contrastes, ses émotions, ses transitions et ses passions, qui reflètent nos conditions d’être humain. La vie est une accumulation d’expériences et de sentiments. C’est en partant de cette idée que l’artiste a trouvé un processus de création dans sa peinture. L’idée est de superposer des éléments et des styles différents en pour créer un nouvel équilibre.

Ludovic Thiriez a passé son enfance à rêver. Ses parents lui disaient toujours qu’il avait la tête dans les nuages. Aujourd’hui avec un certain recul, il puise dans l’imaginaire de son enfance et des contes. Ses inspirations viennent souvent de photos anciennes ou bien de ses propres clichés.

L’usage des broderies et des animaux est assez récurrent dans ses tableaux. Les Broderies font référence à la transmission des connaissances entre les générations. En Hongrie où l’artiste vit actuellement, chaque région possédait ses motifs et son style. La qualité des broderies présentes dans une maison mettait en valeur les qualités et le savoir faire de la femme. Ce savoir faire se transmettait de mère en fille. Les animaux font partie de l’imaginaire des enfants et sont très présents dans les contes. Il en use, sans en abuser, comme un symbole de narration pour ses propres histoires, ils deviennent parfois des personnages à part entière.

L’enfance est un fabuleux miroir de l’humanité où l’on trouve de la douceur, du jeu, de la violence, de la tendresse, du vice, des questions, de l’amour, etc. Une matière à l’état brute que le temps va façonner. L’enfant prend conscience lentement de son état d’Homme avec beaucoup de pureté et naïveté. C’est cet instant que l’artiste essaye de capturer dans son travail. Ludovic Thiriez observe cette transition, sélectionne ses instants, délocalise ses sujets pour retranscrire une sensation.

Le tableau présenté lors de l’exposition collective du Luxembourg Art Prize 2018 s’intitule « The boy from the neighborhood » (« Le garçon du voisinage »), 140 x 170 cm, 2018, technique mixte combinant la peinture acrylique, l’encre et la peinture à l’huile sur toile de lin. On y voit un groupe d’enfants souriant et s’amusant, ils rient. Il y a aussi ce petit garçon traité de manière plus abstraite : « le voisin », il a l’air plus sur ses gardes et moins rassuré. Un autre enfant pointe du doigt quelque chose qui se trouve en dehors de la toile, un quelque chose qui a peut-être aussi effrayé les oiseaux. Et puis cette ligne jaune, une esquisse, une construction géométrique temporaire, qui se dresse au milieu du marécage comme dans un rêve qui s’échappe et qui va passer à autre chose.